vendredi 4 février 2011

Les violences morales : qu'en dit le Droit? Une conférence pour en parler le 4 février 2011 à Melun (Seine-et-Marne)

Les violences morales à l'épreuve du droit : Conférence-débat à Melun (Seine-et-Marne) le 4 février 2011. Toute victime de violence conjugale a, à un instant donné, été victime de violences psychologiques ou morales. Il est admis qu'elles précèdent bien souvent les coups. Depuis la Loi du 9 juillet 2010, les violences psychologiques sont constitutives d'un délit et réprimées en tant que tel par le Code Pénal. Le harcèlement psychologique concernerait 8 % des femmes à des degrés plus ou moins graves. Ce sont les chiffres qui ressortent de l' " Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France " (Enveff) réalisée en 2000. Si, depuis cet été, ce type de violence conjugale est plus que jamais d'actualité, certaines questions méritent d'être éclaircies. C'est ce que nous propose l'Association Et les Maux s'envolent qui  organise le 4 février 2011 à 20h00 à l’Astrocafé, brasserie de l’Astrolabe – 25, rue du Château – Ile Saint Etienne à Melun (Seine-et-Marne) une conférence intitulée les Violences morales à l’épreuve du Droit : du harcèlement au travail à leur reconnaissance dans la sphère familiale. 
Après un état des lieux du droit applicable en matière de harcèlement moral au travail à la lumière notamment des dernières jurisprudences, Maître Reiter, Avocat à Paris, évoquera les dispositions de la Loi du 9 juillet 2010 instituant notamment un délit de violence psychologique et créant une ordonnance de protection. Comment peut-on définir les violences psychologiques? Que peut-on attendre de la nouvelle Loi? Comment prouver des violences qui sont exercées la plupart du temps dans l’intimité du domicile conjugal? Autant de questions auxquelles cette conférence-débat tentera d'apporter des réponses.
Source : victimes de pervers narcissiques

2 commentaires:

Anonyme a dit…

bonjour,

je suis victime de violance conjugale et d'harcelement de mon ex mari et ça même après mon divorce j'ai obtenu gain de cause car il y a eu jugement et il a eu 2 mois de prison ferme ainsi une ordenance de protection mais y a rien de changer car il est tous les soirs en bas de chez moi et je ne me sens pas en securite et je peux vous dires que malheureusement la police ne fait pas ce qu'il faut pour l'arreter

Anonyme a dit…

Mais c'est incroyable! Que font-ils et surtout qu'attendent-ils? Que cela se termine mal. Comment peut-on vous aider? Envoyer nous un mail en privé si on peut faire quelque chose : amelisand[at]gmail.com
Bon courage!

 
over-blog.com Web Analytics